Lancé au début de l’automne aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en Australie, Apple News propose de créer son feed d’actualités avec des articles provenant de nombreuses sources média différentes (plus de 70 à ce jour), principe directement inspiré des applis d’agrégation de news telle que Flipboard.

 

POUR LES UTILISATEURS

Le service est pré-installé sur tous les devices iOS 9 (iPhone et iPad) et présente plusieurs rubriques :

Parmi elles, la rubrique FOR YOU suggère les contenus susceptibles d’intéresser l’utilisateur sur la base des ‘likes’ et intérêts mentionnés. La suivante, FAVORITES, rassemble les sujets et chaînes suivis par l’utilisateur, ce qui permet de constituer un feed d’actualité personnalisé, lié précisément à ses intérêts. En fonction des favoris qu’il a listé, l’utilisateur pourra découvrir de nouvelles suggestions de chaînes ou sujets à suivre afin d’élargir toujours plus ses sources, grâce à la rubrique EXPLORE. Il pourra également retrouver une chaîne ou un sujet en particulier via le moteur de recherche SEARCH, en rentrant des mots-clés pour retrouver des propositions en rapport avec ses intérêts. Lorsqu’un article suscite son intérêt, il peut simplement le sauvegarder et le lister dans la rubrique SAVED pour le consulter plus tard. Il est également possible de les télécharger pour les consulter en « Offline », utile en transports en commun. Un format spécifique est proposé aux éditeurs afin d’optimiser les articles pour les devices iOS. Ils ne perdent pas pour autant leur identité de marque : en-tête avec logo, couleurs de l’interface adaptées, typographie personnalisée.

Trois types d’interaction sont possibles sur les articles avec un « long press » sur l’écran : partager, liker ou sauvegarder.

 

POUR LES ÉDITEURS

Chaque éditeur dispose d’une page sur laquelle il rassemble ses articles et peut les classer par catégories, accessibles depuis un menu horizontal. Des outils sont en outre mis à disposition notamment pour mesurer l’engagement des utilisateurs sur les contenus publiés, mais pas de traçage précis des lecteurs (un accord entre Apple et les éditeurs a été conclu en ce sens). Une interface regroupe les données d’audience, recensées pour chaque article diffusé. Pour ce qui concerne la monétisation des contenus, la plateforme compte uniquement sur les revenus publicitaires. Les éditeurs peuvent vendre leurs publicités ou passer par la plateforme iAd, dans ce cas Apple récupère 30% des revenus générés.

 

ANALYSE

L’appli NEWS ne semble pas se démarquer réellement des apps à succès comme Flipboard ou Feedly. On n’y retrouve pas d’avantage révolutionnaire mais le service peut néanmoins se distinguer par des créations exclusives et un accent porté sur le confort de lecture et l’optimisation de l’expérience utilisateur.

 

L’EFFET APPLE

Comme tout produit Apple, son arrivée suscite beaucoup d’engouement.

D’une part de nombreux partenariats sont d’ores et déjà signés avec des acteurs majeurs des media anglo-saxons qui pourront mettre en avant leurs contenus. (TIMES, WIRED, GUARDIAN, NEW YORK TIMES, etc.)

D’autre part, l’étendue de l’écosystème Apple et le fait que l’application soit native lui confèrent un fort potentiel de traffic. C’est en grande partie sur cela que peut reposer le succès de l’application.

En attendant l’arrivée du service en France (pas de date encore annoncée), il subsiste des interrogations sur sa popularité auprès des utilisateurs Apple et des éditeurs.

Les premiers retours sont mitigés : pas de réel intérêt face aux applis concurrentes, données récoltées limitées pour les annonceurs, succès populaire modéré…

Cependant l’application est encore très jeune et doit petit à petit instaurer une habitude de consommation différente de la presse chez les utilisateurs.

 

DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LA PRESSE

À l’heure du mobile-first, des possibilités nouvelles s’offrent aux éditeurs pour diffuser leurs articles à des audiences plus larges et plus engagées, à l’instar de Facebook (Instant article) et Snapchat (Discover) qui ont créé de nouvelles manières de pousser les médias vers les utilisateurs. Le mobile devient un support privilégié.