Né dans la Silicon Valley, le poste de « Chief Happiness Officer » s’est rapidement imposé ces dernières années principalement dans les startups et les agences digitales ! C’est le cas de Tapptic qui, depuis août 2016, a proposé à l’une de ses collaboratrices d’assumer cette fonction supplémentaire.

S’inspirant de cette tendance américaine, le CEO de Tapptic, Christophe Châtillon a vu comme une évidence que de proposer ce poste à l’une des chefs de projet de son équipe : Virginie Vandersmissen qui n’a pas hésité un seul instant avant d’accepter le défi.

Même si d’un premier abord, celui-ci peut sembler futile, le poste de responsable du bonheur commence à gagner en importance dans de nombreuses entreprises. En effet, il est scientifiquement prouvé qu’un collaborateur heureux travaille bien plus efficacement qu’un autre qui se considère comme « malheureux ». Partant de ce constat, il y a fort à parier que le bien être au bureau, parfois considéré comme le Management 3.0, risque fort de modifier l’organisation interne des entreprises.

Pour ce qui est de Tapptic, les missions de la responsable du bonheur sont très variées, mais ont toutes pour objectif d’avoir un impact positif sur le moral des troupes ! Cela va de l’organisation de petits déjeuners ou d’afterworks en passant par l’aménagement des bureaux jusqu’à des entretiens individualisés pour s’assurer du bien être de tous les collaborateurs.

Chaque entreprise est libre de mener à bien les initiatives qu’elle souhaite pour s’assurer du confort et de la sérénité de ses employés au travail. C’est justement cet aspect qui a motivé Virginie Vandersmissen, Chief Happiness Officer chez Tapptic, à accepter ce challenge !

Elle confie humblement qu’assurer cette mission, qu’elle voit plus comme « un partage d’ondes positives », a été assez inné. Puisque, déjà, dans sa vie quotidienne, elle se considère comme une personne moteur qui est à l’écoute des autres et qui aime prêter une attention particulière aux situations individuelles.

« Dix heures par jour, c’est la moitié de ta vie, alors autant en faire quelque chose de chouette ».
Virginie Vandersmissen