Tout le monde en parle. Les vidéos montrant l’engouement – parfois dangereux – de certains joueurs se multiplient, le phénomène Pokémon GO est impressionnant par bien des aspects. Une tribune de Nicolas Boisseleau, Digital Evangelist chez Tapptic France.

 

Un succès indéniable

Malgré quelques ratés dus à la saturation des serveurs, à l’instabilité de l’application ou son penchant énergivore, le succès est réel. Il est cependant important de qualifier l’ampleur de ce dernier et si vous en doutiez, nous vous invitons à consulter ce site qui, en temps réel, vous permet de constater la déferlante Pokémon Go : http://appinstitute.com/pokemongo-realtime-stats/ . Téléchargements par minute, temps d’usage, achat in-app… ce nouveau jeu enterre la concurrence alors qu’il n’est pas encore sorti – officiellement – partout (notamment en France où la sortie imminente a été retardée par les attentats).

Beaucoup d’articles écrivent de longues lignes pour expliquer le « pourquoi » de ce succès donc nous n’allons pas nous étendre sur le sujet. Juste rappeler que nous parlons d’une des rares marques trans-générationnelles bénéficiant d’un fort capital sympathie. Ce qui nous intéresse bien plus est le point de rupture que représente l’arrivée de ce jeu. Il y aura un avant et un après Pokémon GO.

Pour les néophytes, rappelons les basiques du jeu : couplé à Google Maps, vous évoluez dans le « vrai monde » comme sur un GPS classique et le but est de se déplacer vers des points d’intérêts précisément géolocalisés apparaissant sur votre carte. C’est en se déplaçant, dans la vraie vie donc, que vous pouvez interagir avec des points d’intérêts comme les « Pokestop » ou les fameux « Pokémons ». Une fois sur place, vous ajoutez à cela un petit peu de réalité augmentée pour visualiser le Pokémon dans un décor réel (à travers l’objectif de votre appareil photo) et le tour est joué.

Une aubaine pour les commerces locaux et les marques ?

Il est important de réaliser que nous jouons ici sur la première version de Pokémon GO. Qui se souvient aujourd’hui de la V1.0 de Facebook ? Aujourd’hui placés plus ou moins aléatoirement, les points d’intérêts pourront rapidement être négociés. Si McDonald’s ou Starbucks arrivent à récupérer le placement de certains points d’intérêts au sein de leur enseigne, leur trafic s’envolera. Certains lieux ont très vite compris que la population drainée par le jeu pouvait représenter une manne financière énorme et certains ont vite pris les devant à l’instar de la plage du Touquet qui souhaite la bienvenue aux joueurs.

À titre d’exemple encore, hier soir lundi 18 juillet, le jardin des plantes à Paris avait du mal à fermer ses portes car l’évacuation des joueurs venus récupérer des « Bulbizarre » ont compliqué l’opération. Sur l’image ci-dessous, on voit 3 points d’intérêts rapprochés permettant aux joueurs de « chasser » de manière efficace, avis aux amateurs…

Combien de temps les marques et les commerces vont-ils attendre avant de démarcher Pokémon GO pour tirer leur épingle du jeu ? Ce n’est qu’une question de jours. John Hanke, patron de Niantic, a expliqué au Financial Times que la possibilité sera bientôt offerte aux marques de sponsoriser l’espace virtuel de Pokémon GO.

Au-delà des partenariats, une révolution, une vraie

Beaucoup de bruits récemment, notamment via Mark Zuckerberg, autour de la réalité virtuelle mais le taux d’équipement est encore faible. Cela s’explique assez facilement par le prix moyen des équipements nécessaires pour obtenir une expérience satisfaisante. Pour la réalité augmentée, la différence réside dans le fait que le taux d’équipement potentiel est déjà très élevé. En effet, n’importe quel smartphone relativement récent pourra se servir de son appareil photo pour enrichir le monde qui nous entoure d’informations.

La réalité augmentée ne date pas d’aujourd’hui et de nombreuses applications ont déjà vu le jour par le passé mais il s’agissait, dans la majeure partie des cas, de mini-expériences temporaires ayant eu un faible taux d’adoption. Car pour avoir déjà testé bon nombre d’expériences de ce genre, il y a un frein non négligeable qui réside dans le fait de regarder son smartphone en public tout en « scannant » ce qui nous entoure. Les regards de l’entourage présent que cela attire sont dérangeants, ou du moins l’étaient.

Vous souvenez vous, il y a une dizaine d’années, de l’arrivée des kits mains libre et autres oreillettes Bluetooth ? Combien d’entre nous ont moqué l’usage racontant avoir croisé un fou qui parlait tout seul ? Combien d’entre nous aujourd’hui ont pris le pli et ne s’étonnent plus de ce genre de pratique ?

C’est ici que Pokémon GO représente une révolution car fort de ces chiffres hallucinants, il va démocratiser la pratique ouvrant par la même occasion un boulevard pour de nouveaux business.

Bien qu’il soit, à nos yeux, encore délicat d’imaginer un « match » Tinder via le jet d’une « Pokeball » sur la potentielle élue de son cœur, d’autres secteurs d’activités pourraient se transformer très rapidement. Secteur culturel avec les musées, parc à thème ou autres lieux de vestiges proposants des reconstructions en réalité augmentée… difficile aujourd’hui d’intégrer la pleine mesure des changements qui nous attendent.  Les domaines d’activités à surveiller de près sont surement ceux qui n’ont pas encore opéré de manière définitive leur mue digitale, comme le secteur de l’immobilier par exemple. Les applications avec une map présentant l’ensemble des mandats exclusifs de locations ou achats a portée avec des informations en temps réel lorsqu’on se situe face au bien (prix, surface, personne à contacter) existent mais l’usage est encore timide. Attendons-nous à un réel sursaut du secteur.

À terme, nous pourrons simplement sortir notre téléphone pour enrichir le monde face à nous pour voir s’afficher en temps réel les itinéraires à emprunter, les réductions présentes au sein du magasin à notre gauche ou encore les recrutements en cours sur l’entreprise présente à notre droite. De nombreux business vont donc vouloir posséder leur propre « Pokemon GO » très rapidement et les premiers sur le marché auront fort à gagner. Il est donc primordial pour l’ensemble des professionnels de réfléchir dès maintenant aux opportunités liées à leur activité pouvant découler de cette technologie.

Pokémon GO est donc bien plus qu’un simple jeu, c’est la démocratisation officielle d’une nouvelle pratique qui va changer le monde. Et cela n’aura pas lieu dans 10 ans mais bien dans les mois qui viennent.